Nouvelles de l'industrie
VR

article sur Les perspectives de croissance mondiale s'affaiblissent considérablement au milieu de la guerre en Ukraine chez Picvalue Corp

L'article de Picvalue Corp sur les perspectives de croissance mondiale s'affaiblit considérablement au milieu de la guerre en Ukraine

La situation et les perspectives de l'économie mondiale pour la mi-2022 avertissent que l'économie mondiale pourrait être à l'aube d'une nouvelle crise alors qu'elle se remet de la pandémie. La guerre ukrainienne a bouleversé une fragile reprise mondiale, déclenché une crise humanitaire dévastatrice en Europe, fait grimper les prix des denrées alimentaires et des matières premières, ralenti la croissance mondiale et exacerbé les pressions inflationnistes mondiales. L'incertitude géopolitique et économique sape la confiance des entreprises et les investissements, affaiblissant les perspectives économiques à court terme.

2022/08/09

Les perspectives de croissance mondiale s'affaiblissent considérablement dans le contexte de la guerre en Ukraine

SOUS-TITRES

Les perspectives de croissance mondiale s'affaiblissent considérablement dans le contexte de la guerre en Ukraine 

La situation et les perspectives de l'économie mondiale pour la mi-2022 avertissent que l'économie mondiale pourrait être à l'aube d'une nouvelle crise alors qu'elle se remet de la pandémie.

Dans ce contexte, l'économie mondiale devrait désormais croître de seulement 3,1 % en 2022 et 2023 (Figure 1), une forte révision à la baisse de 0,9 et 0,4 point de pourcentage, respectivement, par rapport à nos prévisions précédentes publiées en janvier 2022. Notre guerre de référence en Ukraine s'est encore intensifiée, les perspectives sont confrontées à d'importants risques de baisse et les révisions à la baisse des perspectives de croissance sont généralisées -basé. La croissance économique américaine devrait ralentir à 2,6 % en 2022, car les fortes pressions inflationnistes, le resserrement monétaire agressif de la Réserve fédérale et un dollar plus fort pèsent sur les exportations nettes. En Chine, le PIB devrait croître de 4,5 %, une révision à la baisse de 0,7 point de pourcentage, les politiques strictes de zéro COVID-19 affectant négativement les perspectives de croissance. Pendant ce temps, l'économie de l'UE a été exceptionnellement durement touchée : son PIB devrait augmenter de 2,7 % en 2022, soit 1,2 point de pourcentage de moins que prévu en janvier.


Les perspectives économiques pour la Communauté des États indépendants et la Géorgie ont également été révisées en profondeur. L'économie de la Fédération de Russie devrait se contracter d'environ 10 % en 2022. L'économie ukrainienne devrait se contracter de 30 % à 50 % en 2022 dans un contexte de dommages massifs aux infrastructures, de déplacements de population et de perturbations de l'activité économique.

Les perspectives pour les pays en développement se sont également détériorées, le PIB devant augmenter de 4,1 % en 2022, soit 0,4 point de pourcentage de moins que les prévisions de janvier. La hausse des prix de l'énergie et des denrées alimentaires, la montée des pressions inflationnistes et le ralentissement de la croissance aux États-Unis, dans l'UE et en Chine nuisent à leurs perspectives de croissance. Le resserrement de la politique monétaire aux États-Unis augmentera considérablement ses coûts d'emprunt. Un nombre croissant de pays en développement – ​​dont plusieurs pays les moins avancés – sont confrontés à des perspectives de croissance stagnante et à des risques croissants pour le développement durable, tandis que les problèmes d'endettement sont graves. Les perspectives négatives sont exacerbées par l'aggravation de l'insécurité alimentaire, en particulier en Afrique et en Asie occidentale. De plus, la baisse des taux de vaccination rend les pays en développement plus vulnérables à une nouvelle vague d'infections au COVID-19.


La guerre en Ukraine et les sanctions imposées à la Fédération de Russie ont perturbé les marchés des produits de base, aggravant le choc du côté de l'offre. Après un fort rebond en 2021, la croissance du commerce mondial devrait se modérer de manière significative en 2022. Le conflit a directement perturbé les exportations de pétrole brut, de gaz naturel, de céréales, d'engrais et de métaux, faisant grimper les prix de l'énergie, des denrées alimentaires et des matières premières (Figure 2 ). La Fédération de Russie et l'Ukraine sont les principaux fournisseurs de produits agricoles, représentant 25 % des exportations mondiales de blé, 16 % des exportations de maïs et 56 % des exportations d'huile de tournesol.

L'économie mondiale est confrontée à d'énormes pressions inflationnistes. L'inflation mondiale devrait atteindre 6,7 % en 2022, soit le double de la moyenne de 2,9 % en 2010-2020 (graphique 3). L'inflation globale aux États-Unis a atteint son plus haut niveau en quatre ans. Parmi les régions en développement, l'inflation augmente en Asie occidentale, en Amérique latine et dans les Caraïbes. La flambée des prix des denrées alimentaires et de l'énergie a eu des répercussions sur le reste de l'économie, ce qui s'est également traduit par une augmentation notable de l'inflation sous-jacente dans de nombreuses économies.


La hausse de l'inflation pose un défi supplémentaire à une reprise inclusive, car elle affecte de manière disproportionnée les ménages à faible revenu, qui consacrent la majeure partie de leurs revenus à l'alimentation. La baisse des revenus réels a été particulièrement prononcée dans les pays en développement, où la pauvreté est plus répandue, la croissance des salaires reste limitée et les mesures de soutien budgétaire visant à atténuer l'impact de la hausse des prix du pétrole et des denrées alimentaires sur les groupes vulnérables sont plus limitées. Alors que les pays en développement sont toujours aux prises avec le choc économique de la pandémie, la flambée de l'inflation alimentaire alimente l'insécurité alimentaire et pousse de nombreuses personnes sous le seuil de pauvreté.









L'impact de la guerre en Ukraine sur l'action climatique mondiale


Le déclenchement de la guerre en Ukraine survient alors que les émissions mondiales de CO ont atteint un niveau record, reprenant une tendance à la hausse après une baisse temporaire au premier semestre 2020 en réponse à la pandémie de COVID-19. Les émissions totales de gaz à effet de serre (GES) en 2019 ont atteint environ 59 gigatonnes d'unités d'équivalent dioxyde de carbone (GtCO2-eq). Le budget carbone restant, compatible avec une probabilité de 50 % de limiter le réchauffement climatique à 1,50 C, a été évalué à 500 unités GtCO2-eq, ce qui rend les augmentations à court terme des émissions encore plus problématiques. Par exemple, les émissions peuvent augmenter si le charbon est un remplacement net du gaz naturel (un combustible fossile relativement propre) dans la production d'énergie ; si la hausse des prix alimentaires incite à réduire l'utilisation des biocarburants ou à défricher les terres pour augmenter la production agricole ; ou si généralement Il y a eu une augmentation substantielle des dépenses militaires associées à une grande empreinte de gaz à effet de serre.


À moyen et à long terme, les perspectives d'émissions de gaz à effet de serre dépendront de plusieurs facteurs. La hausse continue des prix sur les marchés de l'énergie pourrait accélérer l'adoption d'énergies renouvelables et d'alternatives plus efficaces, mais pourrait également inciter les sociétés pétrolières et gazières à chercher à maximiser leurs profits et à investir davantage dans les combustibles fossiles, ce qui conduirait à davantage d'actifs bloqués. D'un autre côté, la hausse des coûts de production des batteries ou des problèmes de chaîne d'approvisionnement pourraient freiner la demande de véhicules électriques.


La guerre en Ukraine remodèle le paysage énergétique mondial

La guerre en Ukraine et les vastes sanctions économiques imposées à la Fédération de Russie devraient remodeler fondamentalement le paysage énergétique mondial. Le conflit a perturbé les marchés mondiaux de l'énergie et a placé la sécurité énergétique au premier plan. Les gouvernements du monde entier ont pris des mesures pour protéger les ménages et les entreprises contre la hausse des prix de l'énergie. Outre le soutien direct des revenus pour les ménages à faible revenu, les mesures comprennent des réductions de la TVA sur la consommation d'énergie, des plafonds des prix de l'énergie, des remises sur les carburants et des subventions sur les coûts. Par exemple, l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne ont annoncé des mesures de soutien à l'énergie pour un total de 80 milliards d'euros. Des prix de l'énergie artificiellement bas faussent l'incitation des ménages et des entreprises à consommer moins d'énergie. aussi,


En réponse à la hausse des prix, de nombreux pays cherchent à accroître leurs approvisionnements énergétiques nationaux. À court terme, ces efforts pourraient conduire à une augmentation de la production de combustibles fossiles. Aux États-Unis, le plus grand producteur mondial de pétrole et de gaz, la hausse des prix et les préoccupations croissantes en matière de sécurité énergétique ont entraîné une augmentation des activités de forage. Le nombre de plates-formes américaines, qui mesurent le nombre de puits de pétrole actifs, a augmenté de 58 % à la mi-avril par rapport à l'année précédente. Pendant ce temps, le gouvernement américain a annoncé qu'il libérerait 1 million de barils par jour de pétrole brut de sa réserve stratégique de pétrole au cours des six prochains mois dans le but de faire baisser les prix de l'énergie.


En Europe, les questions géopolitiques et de sécurité énergétique sont passées en tête de l'agenda politique avec la flambée des prix de l'énergie. La guerre a amené de nombreux gouvernements à reconsidérer leurs politiques énergétiques et leur dépendance énergétique vis-à-vis de la Fédération de Russie. En 2020, la Fédération de Russie représentait environ 41 % des importations de gaz de l'UE, 37 % des importations de pétrole et 19 % des importations de houille (graphique 4). Pour l'Allemagne, qui prévoit de sortir complètement du nucléaire d'ici la fin de 2022, le gaz russe représentait 65 % des importations totales de gaz en 2020. Si rien d'autre n'est arrangé, une coupure immédiate de l'approvisionnement en gaz de la Fédération de Russie aurait de graves répercussions. , déclenchant potentiellement une profonde récession dans des pays comme l'Allemagne.

Une décision d'éliminer ou de réduire les importations de gaz russe signifierait se bousculer pour trouver des alternatives afin de minimiser les perturbations économiques. À moyen terme, l'UE pourrait se tourner vers d'autres exportateurs d'énergie. Cependant, cela obligera l'UE à remédier rapidement aux goulots d'étranglement des infrastructures dans les pipelines, les terminaux de stockage et les pétroliers. Le gaz naturel est le moins polluant de tous les combustibles fossiles, et ses importations peuvent également être partiellement remplacées par le pétrole et le charbon. En Europe, il y a également eu un regain d'intérêt pour l'énergie nucléaire comme moyen de réduire la dépendance vis-à-vis du pétrole et du gaz russes. La Fédération de Russie est également susceptible de trouver de nouveaux marchés pour les combustibles fossiles en Asie de l'Est et du Sud, où ses exportations de pétrole et de gaz pourraient remplacer le charbon, le combustible fossile le plus polluant. En Asie de l'Est et du Sud, le charbon continue de jouer un rôle prédominant dans le mix énergétique.

Les prix élevés de l'énergie sont également susceptibles de stimuler les investissements dans les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique, favorisant potentiellement un abandon des combustibles fossiles. Dans de nombreux pays, l'énergie solaire est devenue la nouvelle forme d'électricité la moins chère. Selon un rapport récent, 62 % de la production totale d'énergie renouvelable ajoutée en 2020 coûte moins cher que la nouvelle option de combustible fossile la moins chère. Le coût unitaire de l'éolien terrestre et offshore et d'autres sources d'énergie renouvelables telles que l'énergie solaire concentrée est également inférieur au coût des combustibles fossiles. Cependant, les prix élevés antérieurs des combustibles fossiles ont également conduit les principaux producteurs de pétrole et de gaz à accroître leurs investissements dans les infrastructures de combustibles fossiles. Une réponse similaire à ce stade, y compris des mesures politiques à court terme, pourrait enfermer le monde dans un avenir à haute teneur en carbone.

Les défis de l'électrification des véhicules dus aux pénuries potentielles de minéraux

La guerre en Ukraine a également ébranlé les marchés mondiaux des métaux (figure 5), avec un effet d'entraînement potentiel sur les prix des énergies renouvelables. Par exemple, une batterie de voiture électrique moyenne contient environ 80 livres de nickel. Les prix du nickel ont augmenté d'environ 50 % par rapport à l'année dernière, car la Fédération de Russie transforme 20 % du nickel mondial de haute qualité. Les prix élevés du nickel pourraient également avoir un impact négatif sur l'environnement, car la perspective de bénéfices plus élevés pourrait encourager une production supplémentaire de nickel par le biais d'une exploitation minière à ciel ouvert polluante et dommageable pour l'environnement, notamment dans les forêts tropicales humides d'Indonésie et des Philippines. Dans l'ensemble, le prix d'un panier de métaux pour batteries de véhicules électriques a augmenté de 64 % par rapport à l'année dernière, ce qui pourrait augmenter le prix final des véhicules électriques jusqu'à 2 000 $ et ralentir les ventes de véhicules électriques.


L'impact net du conflit sur les produits énergétiques propres dépendra en grande partie de la manière dont les fabricants assurent l'approvisionnement en minéraux critiques, investissent dans de nouvelles usines de traitement et recyclent les matériaux des batteries. Pour garantir l'accès aux minerais critiques, les 31 pays membres de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) ont lancé en mars 2022 un plan de sécurité des minerais critiques, qui pourrait inclure le stockage des métaux nécessaires aux véhicules électriques et autres infrastructures d'énergie renouvelable, comme dans le inventaires pétroliers stratégiques des membres de l'AIE.

La hausse des prix alimentaires défie l'action climatique

Les biocarburants durables (éthanol, biodiesel et diesel renouvelable) sont d'importantes alternatives aux carburants fossiles pour le transport terrestre et sont essentiels pour atteindre zéro émission nette. À l'échelle mondiale, 13 % de la production de maïs et 20 % de la production de canne à sucre sont utilisés pour la production d'éthanol, tandis que 11 % de la production mondiale d'huile végétale sont utilisés pour le biodiesel. La guerre a fait grimper les prix des denrées alimentaires, en particulier des produits de base tels que le blé, le maïs et l'huile végétale, dont la Fédération de Russie et l'Ukraine sont les principaux producteurs et exportateurs.

Les préoccupations croissantes en matière de sécurité alimentaire et énergétique ont soulevé des questions sur l'utilisation des cultures vivrières comme biocarburants. Par exemple, la Croatie, la Finlande et la Suède ont récemment assoupli les exigences en matière de mélange de biocarburants afin de réduire les pressions sur les prix de l'énergie. Le gouvernement américain, quant à lui, examine si l'abandon du mandat de mélange de biocarburants pourrait aider à compenser la flambée des prix des céréales tout en étendant la disponibilité d'essence à mélange de biocarburants plus élevé pendant l'été pour réduire les coûts élevés du carburant. Si l'utilisation des biocarburants diminue pendant la période actuelle de prix alimentaires élevés, l'intensité carbone des transports terrestres pourrait augmenter considérablement. Dans l'UE, une réduction de 0,4 point de pourcentage de l'utilisation des biocarburants pourrait entraîner une augmentation de 0,6 % de l'intensité des émissions des carburants pour le transport routier.

Des prix alimentaires plus élevés peuvent également conduire à l'intensification des pratiques agricoles et à l'expansion de l'agriculture sur les terres en jachère ou boisées. En mars, par exemple, les responsables européens ont accepté de laisser les agriculteurs cultiver des aliments et semer des cultures sur des champs en jachère. Étant donné que le changement d'affectation des sols est un contributeur important aux émissions de gaz à effet de serre (environ 10 % des émissions totales en 2019), des impacts tels que ceux-ci sont susceptibles d'être davantage pris en compte par la réduction des budgets carbone.

Soutien national et mondial à l'action climatique

Les attentes selon lesquelles les dépenses de relance du G20 pendant la pandémie de COVID-19 soutiendraient les efforts d'atténuation et contribueraient à réduire les émissions ne se sont pas concrétisées. Environ 6 % seulement des dépenses de relance totales sont consacrées à la réduction des émissions, y compris les véhicules électriques, l'efficacité énergétique des bâtiments et l'installation d'énergies renouvelables. Face au conflit en Ukraine, les questions énergétiques et de sécurité alimentaire dominent le discours politique et les défis du changement climatique passent au second plan. Cependant, le temps presse pour que le monde évite un réchauffement climatique catastrophique, souligne le sixième rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) des Nations Unies.


Bien que l'action climatique puisse rencontrer des obstacles à court terme, l'intensification des efforts pour réaliser l'Accord de Paris sur le changement climatique et le Programme de développement durable à l'horizon 2030 reste essentielle. Reconnaître le lien entre la décarbonisation de l'énergie et la sécurité énergétique et nationale peut fournir une plus grande impulsion politique et des parties prenantes en faveur de la décarbonisation de l'énergie. Entre-temps, le conflit en Ukraine a mis en évidence la relation complexe entre la sécurité énergétique et alimentaire, le changement climatique et le développement durable. Cette crise offre une nouvelle et unique opportunité de répondre à ces complexités par des politiques appropriées, des investissements ciblés, des politiques et une coopération internationale pour accélérer la transition vers le développement durable tout en minimisant son coût.











la source:

Racines d'aluminium (2022). La montée en flèche du nickel poussera les fabricants de Tesla et de véhicules électriques à utiliser des batteries pour y parvenir. Barrons, 20 mars.


Agence européenne pour l'environnement. Intensité des émissions de gaz à effet de serre des carburants et biocarburants européens pour le transport routier.


G. Sgaravatti, S. Tagliapietra et G. Zachmann (2022). Politiques nationales visant à protéger les consommateurs contre la hausse des prix de l'énergie, ensemble de données Bruegel.


G.Wagner (2022). La bonne façon d'aider les personnes touchées par les prix élevés de l'énergie, Bloomberg, avril.


Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) (2022). Climate Change 2022 - Climate Change Mitigation, Contribution of Working Group III to the IPCC Sixth Assessment Report (AR6), Summary for Policymakers.


Agence internationale de l'énergie (2021). Charbon 2021 – Analyse et prévisions jusqu'en 2024.


Agence internationale de l'énergie (2021). Énergie renouvelable 2021 - Biocarburants.


Agence internationale des énergies renouvelables (IRENA) (2021). Coûts de production des énergies renouvelables en 2020.


J. Tolleson (2022). Ce que la guerre en Ukraine signifie pour l'énergie, le climat et l'alimentation Nature, 5 avril.


Jonas M. Nahm, Scot M. Miller et Johannes Urpelainen. Le plan de relance de 14 000 milliards de dollars du G20 revient sur ses engagements en matière d'émissions. Nature, 603(7899): 28-31.


József Popp, Mónika Harangi-Rákos, Zoltán Gabnai, Péter Balogh, Gabriella Antal et Attila Bai (2016). Biocarburants et leurs sous-produits pour l'alimentation du bétail : implications économiques et environnementales mondiales.


  Nature (2022). L'UE peut se débarrasser des combustibles fossiles de la Russie. rouleau. 604, 7 avril.


S. Müller-Dreizigacker (2022). Von der Pandemie zur Energiekrise – Wirtschaft und Politik im Dauerstress. Gemeinschafts - Diagnostic.





Informations de base
  • Année de création
    --
  • Type d'entreprise
    --
  • Pays / région
    --
  • Industrie principale
    --
  • Principaux produits
    --
  • Personne morale d'entreprise
    --
  • Total des employés
    --
  • Valeur annuelle de sortie
    --
  • Marché d'exportation
    --
  • Clients coopéré
    --
Chat
Now

Envoyez votre demande

Choisissez une autre langue
English English français français Português Português Español Español русский русский Ελληνικά Ελληνικά العربية العربية Deutsch Deutsch italiano italiano 日本語 日本語
Langue courante:français